Dès 1965, Gordon Moore, cofondateur avec Bob Noyce de la firme Intel, constatait que la capacité des microprocesseurs (c’est-à-dire, en fait, le nombre de transistors sur une surface donnée d’un circuit intégré), doublait pendant une période de temps constante. Cette constatation, connue désormais sous le nom de «loi de Moore», a continué de se vérifier depuis lors, la durée observée de la période de doublement étant de 18 mois environ.
Thèmes associés

Alors qu’en 1971 le premier processeur d’Intel, le 4004, comportait 2 200 transistors, le Pentium® Pro en comporte aujourd’hui 5 millions, et le prochain processeur à l’étude en contiendra 10 millions; dès 1996, Intel prévoyait pour 2011 un microprocesseur avec 1 milliard de transistors et une fréquence de 10 Ghz pour une largeur de gravure de 0,07 microns (par comparaison, la largeur de gravure du Pentium® III de 1 Ghz est de 0,18 microns)

Cependant, l’extrapolation de cette «loi» se heurte à des limites d’ordre physique, et il se pourrait que la période de doublement des transistors dépasse désormais 18 mois car les problèmes à résoudre deviennent de plus en plus complexes. Des recherches sont donc faites : d’une part, dans d’autres domaines que le support silicium, mais aussi dans la recherche de nouveaux procédés de gravure (remplacement de la lithographie optique par les rayons X), ainsi que dans l’architecture multiprocesseurs.

Il est par ailleurs remarquable que la loi de Moore ne s’applique pas seulement au nombre de transistors dans un processeur, mais qu’elle s’observe également dans le coût du stockage sur disque dur, qui à capacité égale, chute de moitié tous les 18 mois tandis que la densité double dans le même temps.